Brasseries et bières : les réglementations

Brasseries et bières : les réglementations

Vous voulez vous lancer dans un investissement sûr et rentable ? Pourquoi ne pas opter pour une brasserie ? Cette dernière figure parmi les placements les plus prisés de nos jours. Cela est dû peut-être au fait que les bières sont une boisson très appréciée, et ce dans le monde entier. Toutefois, vous devez savoir que les business tournant autour de cette boisson sont régis par des normes très strictes.

Qu’est-ce qu’on qualifie de bière sur le plan juridique ?

Avant d’entreprendre votre affaire, vous devez savoir tout ce que la réglementation répertorie dans la même catégorie que cette boisson. Au niveau de la législation française, on dénombre six catégories de dénomination en ce qui concerne les brasseries. On qualifie de bière, toutes les boissons qui résultent d’une fermentation à caractère alcoolique provenant du moût d’un malt de céréales. À cela, on ajoute également du sucre alimentaire ainsi que du houblon.

En un mot, vous devez utiliser tous ces produits pour la confection de votre boisson. La loi en vigueur vous oblige de mentionner sur l’emballage tous les ingrédients qui composent la boisson. Si vous voulez en savoir davantage sur la manière dont vous devez mentionner ces ingrédients, référez-vous au décret relatif à cela.

Soyez sans crainte, celui-ci est disponible sur le site du gouvernement. Sur ce site, vous pourrez aussi trouver toutes les informations nécessaires pour construire une malterie. Il est également impératif de consulter ce site pour savoir comment vous allez nommer votre boisson. Il en va de même pour le choix de la catégorie.

 

Quelles sont les différentes catégories en brasserie ?

En malterie, nous pouvons distinguer plusieurs catégories de produits. La classification se base sur la couleur et le degré de l’alcool contenu dans la boisson. Selon les règles qui régissent la brasserie, il faut que le produit soit soumis à une distinction au niveau des degrés densimétriques. Il existe 6 catégories selon ces degrés. En voici quelques exemples :

  • un mousseux spécial avec 5,5° ;
  • une boisson « luxe » d’une teneur 4,4° et plus ;
  • un bock avec 3,3 à 3,9° ;
  • une boisson de table avec un degré compris entre 2 à 2,2°.

Les professionnels en brasserie ne tiennent guère compte de ces classifications. Pour eux, la distinction doit se faire en fonction du type de boisson. C’est pour cette raison que nous pouvons trouver une mousseuse d’abbaye, de garde ou noire. Il y a également celle de glace de Mars ou de Noël.

 

Quelles sont les mentions obligatoires en brasserie ?

Les mentions obligatoires en brasserie concernent surtout l’emballage ainsi que l’étiquette qui figure sur la bouteille. En effet, en brasserie, il y a des mentions qui doivent figurer obligatoirement sur le produit. Ces indications sont mises en guise d’informations pour les consommateurs.

Ce règlement concerne tous les produits alimentaires. Toutefois, il n’est pas obligatoire que vous mentionniez en totalité la liste des ingrédients. Il en va de même pour les valeurs énergétiques.

 

Bref, voici les indications obligatoires qu’il faudrait mentionner clairement sur l’étiquette de votre bouteille :

 

  • le nom des denrées ;
  • les ingrédients qui pourraient provoquer des allergènes ;
  • la quantité de malt contenu dans la boisson.

Pour conclure, l’industrie de la brasserie est un bon investissement si vous procédez de la bonne manière. Votre business sera également fructifiant si vous ne négligez aucune loi concernant la création d’une telle entreprise. Mais, le plus important, qu’il ne faut guère négliger, est la sélection de l’orge, le principal ingrédient de votre boisson.

Toutefois, il n’y a pas de raison qui vous empêche de vous lancer dans de tels investissements. Il vous suffit de tenir compte de tout ce qui a été évoqué dans cette rubrique.